Sélection d’écoles à Paris

Bâtiment naturel : quand la nature et l'architecture vont de pair

L’une des parties les plus difficiles de notre déménagement a été de trouver des écoles à Paris.

Nous avons déménagé à Paris France en août 2008 lorsque nos enfants avaient dix et douze ans et qu’aucun d’eux ne parlait français. Maintenant que nous vivons à Paris depuis un an, je me rends compte que trouver une école est l’un des plus grands défis auxquels sont confrontées toutes les familles qui déménagent à Paris, y compris les familles françaises qui déménagent après avoir vécu à l’étranger.

Mon conseil le plus fort en ce qui concerne les écoles est d’enquêter tôt sur les différentes options, de postuler dans quelques écoles et de ne pas supposer que vous avez une place avant d’avoir reçu votre lettre d’acceptation (cliquez ici pour une liste des écoles internationales à Paris avec leurs coordonnées ).

Les éléments à considérer lors du choix d’une école comprennent: que vos enfants parlent français ou non, leur aptitude scolaire générale, leur personnalité, la durée de votre séjour en France, où vous vivrez et votre budget.

Écoles publiques françaises

Les écoles publiques en France sont gratuites et offrent un niveau d’enseignement en français généralement élevé. De nombreux enfants s’intègrent parfaitement dans la classe uniquement française. Plus vos enfants sont jeunes, plus ce sera facile. En France, vous pouvez envoyer les enfants à l’école à partir de 3 ans “Maternelle”. L’école primaire s’appelle “École élémentaire”, le collège est le “collège” et le lycée est le “lycée”.

Le système éducatif français est réussi mais démodé. Les enfants apprennent encore à écrire avec un stylo à encre et les dictées quotidiennes sont normales. Certaines écoles publiques accepteront des enfants qui ne parlent pas le français, mais toutes n’ont pas de programmes pour aider les élèves.

Vous pouvez vous inscrire à l’école publique française de votre quartier en vous rendant à votre “Marie” locale. Assurez-vous de demander ce que l’école fera pour aider votre enfant à faire la transition. Vérifiez si l’école a un programme pour les enfants non francophones. Ce programme place tous les enfants non francophones dans une salle de classe séparée où ils travaillent avec un enseignant spécialisé dans la transition des enfants vers le système français. Selon le niveau scolaire, l’objectif est de faire entrer les enfants dans leur classe de français habituelle avant Pâques de leur première année.

Je vérifierais certainement cette option car j’ai récemment rencontré deux familles américaines qui ont déménagé à Paris avec des enfants de la maternelle au lycée et qui ont eu de très bonnes expériences avec leurs écoles locales.

 

Écoles publiques françaises avec programmes d’immersion basés sur les frais de scolarité

Les frais de scolarité de ces écoles varient de 3000 à 6000 euros par an à l’exception du Lycée Honoré de Balzac qui est la seule école publique française à ma connaissance qui propose un programme international “gratuit”.

Le principe de ces écoles est que les élèves qui parlent français doivent être bilingues à leur entrée alors que les étudiants internationaux qui parlent une langue étrangère grandiront, soit pour devenir bilingues, soit multilingues avec l’enseignement de la langue française.

Contrairement aux écoles publiques françaises classiques, ces écoles proposent également des cours de littérature, de géographie et d’histoire (de 6 à 8 heures par semaine selon le niveau) dans la langue maternelle des élèves.

L’EaB Park Monceau (école privée subventionnée par le gouvernement français) et les sections internationales de Sèvres proposent des programmes d’immersion très réussis mais moins exigeants dans leurs exigences académiques que St. Germain En Laye ou Jeannine Manuel . Severs propose également un programme français / allemand très solide pour les germanophones qui s’installent à Paris.

Deux des écoles publiques les mieux notées à Paris proposant des programmes d’immersion sont Jeannine Manuel dans le 15e arrondissement et le Lycee International à Saint-Germain-En-Laye (une banlieue à 20 km à l’ouest de Paris). Bien que les candidatures dépassent généralement largement les espaces disponibles, les deux écoles réservent des places aux candidats internationaux, y compris aux enfants de familles qui prévoient de rester en France pendant une période limitée.

ATTENTION! Entrer dans les meilleures écoles publiques, c’est comme entrer à l’université! Les formulaires de candidature sont longs, vous avez besoin de bulletins, de références d’enseignants et de principes, d’échantillons du travail des enfants et de résultats de tests. Si tout semble bien sur papier, vous devrez peut-être vous rendre en France pour que les enfants puissent être testés et les familles interrogées. Jeannine Manuel exige souvent un test de QI spécial s’ils ne reconnaissent pas le système éducatif de votre pays d’origine ou une affectation précédente.

Les écoles sont très claires sur le niveau d’engagement requis et expliquent qu’il y a beaucoup de pression sur les enfants et que s’ils n’atteignent pas le niveau requis, on leur demandera de quitter à la fin de l’année. Ces écoles maintiennent leur meilleur classement académique en éliminant chaque année leurs élèves les plus faibles et en continuant à enseigner aux meilleurs de la classe.

Nous connaissons des élèves qui ont vécu de merveilleuses expériences dans ces écoles et certains qui ont fondu sous la pression. Que ce soit ou non une bonne option pour votre famille dépend vraiment de la personnalité de vos enfants et du temps que vous pouvez consacrer à les aider dans la transition.

Nos deux enfants ont été acceptés sur papier à St. Germain En Laye et nous avons dû prendre l’avion pour la France juste pour qu’ils passent les tests d’entrée. On nous a dit que les tests n’étaient qu’une formalité, mais quand aucun d’eux n’a réussi, cela nous a laissés bousculer pour trouver d’autres écoles.

J’ai rencontré un certain nombre d’autres familles depuis mon arrivée ici qui ont vécu des expériences similaires et c’est pourquoi il est important de visiter plus d’une école. Je ne recommanderais pas d’essayer à la fois Jeannine Manuel et St. Germain En Laye la même année car leurs critères d’entrée sont très similaires et si vous n’en faites pas l’un, il est très peu probable que vous fassiez l’autre.

 

Écoles internationales privées

La plupart des matières sont enseignées en anglais et le programme est soit américain, britannique ou une norme internationale conçue pour aider les enfants à faire la transition facilement lorsqu’ils retournent dans leur pays d’origine ou passent à la prochaine affectation de leurs parents. Ces écoles ont tendance à être très chères, mais offrent la transition la plus facile pour les enfants non francophones.

L’inconvénient de choisir une option internationale est évidemment que les enfants n’apprennent pas à parler couramment le français. La norme académique est difficile à suivre car la plupart des enfants ne passent qu’un ou deux ans dans ces écoles avant de passer à autre chose.

Nos deux enfants fréquentent actuellement l’ EaB Victor Hugo, qui est de loin la plus abordable de toutes les écoles internationales. À l’EaB, l’école est petite avec une seule classe pour chaque niveau scolaire. L’école est bien gérée, il y a une association de parents-enseignants très sympathique mais le niveau académique est plus difficile à juger surtout quand il s’agit de collège et lycée où l’enseignement est très standard d’une classe à l’autre. Dans l’ensemble, je dois dire que je suis satisfait de l’école, mais si nous avions prévu de rester à Paris pendant plus de deux ans, nous serions partis avec un programme d’immersion dans l’une des écoles publiques françaises.

Autres éléments à prendre en compte lors de la sélection des écoles à Paris

Si possible, trouvez un appartement ou une maison à proximité de l’école avec de bonnes options de métro, de bus ou de tramway. La journée scolaire est longue en France et il n’y a pas de bus scolaires sauf si vous êtes dans une école privée et même dans ce cas, vous pouvez vous attendre à payer environ 3000 euros par an pour le bus scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *