Les embouteillages à Moscou : une seule solution, le nouveau métro

modernisation du métro de Moscou

La circulation en Russie plus précisément à Moscou n’est plus si fluide comme elle l’était auparavant. Les embouteillages se forment un peu partout aux alentours de la ville et empêchent la bonne marche du trafic routier. Face à ce problème, les autorités russes ont annoncé pendant le lancement des travaux de l’organisation de la coupe du monde en 2018 qu’ils ont l’intention d’agrandir et de moderniser le métro de Moscou. Cela permettra aux habitants de cette ville d’avoir un moyen de transport plus rapide et très confortable.

Le métro de Moscou, une réalité

Sur un budget de 265 millions d’euros, le projet du métro de Moscou a été totalement planifié du début à la fin avec pour but principal de réduire au maximum les embouteillages qui ne font que naître aux alentours et à l’intérieur de la ville. Pour ce faire, le nouveau métro pourra naviguer entre 250 stations couvrant au total plus de 450 kilomètres de ligne. Mais avant que cette solution ne soit profitable à tous, les habitants de la commune devraient abandonner les transports en voiture au profit de celui en métro.

Avec l’augmentation rapide en très peu de temps de la population moscovite qui s’estime à 14 millions d’hommes, le projet de métro est tellement le bienvenu.  Ceci pourrait permettre au trafic routier de Moscou de monter à la deuxième place ou de devenir le meilleur flux routier du monde. Il écrasera ainsi le trafic routier de Tokyo et de Séoul derrière qui il se place actuellement.

Quel est l’objectif à travers ce projet ?

Actuellement, se rendre au centre-ville depuis l’extérieur de la ville n’est possible qu’en voiture. Ce qui rend la circulation très dense avec le nombre d’habitants. Aucun réseau de métro n’existe pour l’instant reliant le centre-ville à sa périphérie. De ce fait, la finition des travaux du projet métro Moscou est très attendue.

Comment se présente ce projet du point de vue architectural ? De nouvelles lignes associées aux anciennes lignes quitteront la périphérie jusqu’au centre de la ville, de nouvelles stations seront créées afin d’avoir plusieurs destinations. Quant aux anciennes stations, elles seront totalement rénovées pour les rendre plus attrayantes.

La réalisation de ce chef-d’œuvre se trouve en mains du russe Iskander Makhmudov dirigeant de l’entreprise Transmashholding. Ce projet vise à réduire de près de 10 % le trafic routier.

Bien que ledit projet ne concerne en majorité que le métro, les trains connaîtront aussi des améliorations avec des connexions wifi, des prises USB et une bonne isolation pour mieux gérer les problèmes de forte température.

Les différentes sources de financements possibles

La source locale

Comme dans tout pays, les taxes sont récupérées annuellement auprès de la population afin de faire face aux problèmes qui peuvent subvenir. Dans cette optique, la taxe d’habitation et la taxe foncière pourraient servir de source de financement. En outre, la population contribuerait à la réalisation de ce projet à travers le paiement de leur taxe.

Les fonds provenant de l’État

Le budget des communes ne peut pas être uniquement alimenté par les apports de la population. En décentralisation, l’État se doit aussi d’y contribuer. Cependant, cette subvention révèle une inégalité au niveau des villes. En effet, les villes les moins riches reçoivent une subvention plus élevée à celles des villes les plus riches ; les problèmes les plus graves se trouvant dans les villes les plus riches.

La banque comme source de financement

Les recours bancaires sont très fréquents quand il s’agit de projet de construction. Ils permettent de pouvoir identifier les réels besoins du projet. Pour bénéficier de ses emprunts financiers, les besoins du projet doivent correspondre avec le manque d’infrastructures sociales et de loisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *